The ABCs of Genealogy - Unearthing Our Family Roots

Genealogy Dossier - Italiano p. 2, Français p. 3

2016/02/10 - Written by Sara Germanotta
SHARE THIS ARTICLE

L'ABC de la Généalogie

Par Sara Germanotta 

Selon le philosophe américain George Santayana, « pour connaître son avenir, il faut d’abord connaître son passé ». Prendre conscience de qui l’on est et d’où l’on vient peut se faire de différentes façons et, pour bien des gens, explorer son ascendance est un bon moyen d’y parvenir.

Il existe une foule d’outils pour nous aider à reconstruire notre arbre généalogique. La recherche commence bien souvent à la maison à l’aide de vieilles photographies et autres documents. Les paroisses, les hôpitaux voire les cimetières peuvent aussi fournir de précieux indices sur le passé d’une famille. Une fois la piste papier épuisée, les apprentis détectives peuvent déployer leurs efforts sur Internet, où une myriade d’outils généalogiques sont à portée de main. La science contribue aussi à fournir aux gens des renseignements sur leur passé grâce aux tests d’ADN.

Mary Tedesco, généalogiste professionnelle, auteure et conférencière, anime la populaire série télé Genealogy Roadshow sur la chaîne PBS TV. L’Italo-Américaine de deuxième génération explique que ses grands-parents lui racontaient toujours des histoires à propos de l’Italie, et que c’est sa passion profonde pour les personnages de ces récits de famille qui l’a poussée à entreprendre une carrière en généalogie. « En 2006, lorsque j’ai commencé à m’intéresser plus sérieusement à la généalogie, il existait peu de ressources sur la généalogie italienne. J’ai adopté une approche très proactive et me suis envolée pour l’Italie afin de retracer mes origines. Ç’a été toute une aventure », se rappelle la quadragénaire. « Après avoir gagné en expérience en fouillant mes propres racines, j’ai commencé à prendre des clients et j’ai fondé mon entreprise, ORIGINS ITALY. »

Genealogist Mary Tedesco, host of Genealogy Roadshow

Tedesco aide en particulier les Américains et les Canadiens à retracer leurs origines italiennes. Elle assure que sa passion pour la généalogie dépasse de loin la simple idée d’étudier des noms et des dates. C’est une façon de déterrer des histoires et d’honorer le passé. Tedesco a ainsi aidé des centaines de descendants d’Italiens à redécouvrir leurs origines. Elle note que plusieurs raisons poussent les gens à s’intéresser à ce type d’information : « Explorer son ascendance italienne est une façon de renouer avec l’Italie, surtout lorsque la génération immigrante d’une famille est décédée.

D’autres sont curieux de savoir si leur famille compte une lignée royale, d’autres encore veulent en apprendre davantage sur l’aventure migratoire de leur nonno [grand-père], et ainsi de suite. »

 

“AIDER LES GENS À DÉCOUVRIRLEURS RACINES

LEUR PERMETDE VIVRE DES EXPÉRIENCES UNIQUES

ET DE MIEUX COMPRENDRE QUI ILS SONT”

 

Tedesco affirme qu’en aidant les gens à découvrir leurs racines, elle leur permet de vivre des expériences uniques et de mieux comprendre qui ils sont. « J’ai vu de nombreux clients et des invités au Genealogy Roadshow réagir en riant ou en pleurant, et éprouver toutes sortes d’émotions devant les révélations extraites de leur généalogie. J’ai côtoyé plusieurs personnes qui ont trouvé la paix intérieure après avoir finalement élucidé un secret de famille centenaire ou qui ont été profondément touchées par une visite sur la terre qu’avait labourée leur arrière-grand-père sa vie entière. La généalogie dépasse la simple information. Ces découvertes nous marquent tous de façons différentes », assure Tedesco.

À ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur leur passé familial, Tedesco explique que le meilleur endroit où commencer ses recherches est à la maison. Grands-parents, tantes, oncles et famille élargie constituent souvent une mine d’information et possèdent de nombreux documents sur l’histoire de la famille. « Il est aussi utile de connaître votre village ou vos villages d’origine en Italie avant d’entreprendre vos démarches », poursuit-elle. « Savoir le nom exact de vos ancêtres vous sera aussi d’une aide précieuse. Si cette information ne fait plus partie de l’histoire orale de la famille, il est possible de la trouver dans les registres du Canada, des États-Unis ou des autres pays où vos ancêtres auraient pu habiter. »

Suzanne Galaise’s ancestor, Severino Da Prato, born in 1835 in Fornaci di Barga, province of Lucca, with his daugther Celina her husband Jerry Lauzon, their children and Severino’s grand-children. 

 Au Québec, la Société généalogique canadienne-française (SGCF) donne accès à une multitude de ressources qui peuvent aider à faire la lumière sur l’histoire d’ancêtres québécois d’origine italienne. Suzanne Galaise, généalogiste de 48 ans et directrice générale de la SGCF, précise que les registres des églises sont une bonne source pour entamer ses démarches. « L’immigration italienne dans le territoire qui est aujourd’hui le Québec remonte au 18e siècle, époque où seule une poignée d’Italiens vivaient en Nouvelle-France », explique Galaise. « La plupart des Italiens sont catholiques, et nous avons la chance d’avoir accès aux registres religieux et civils, qui sont fort utiles pour dresser son arbre généalogique. »

Galaise, qui a elle-même une branche italienne dans son arbre généalogique, invite les gens à s’adresser aux trois principales paroisses italiennes au Québec dans le cadre de leurs recherches : Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Notre- Dame-de-la-Défense et Notre-Dame-de-la-Consolata. Consulter les registres de l’Église catholique fournit souvent le nom de ses ancêtres, leurs dates de naissance, de baptême, de mariage et de décès, leur profession ou métier et d’autres éléments importants de leur vie.

Lorsque le généalogiste amateur a fini d’éplucher les ressources papier à sa disposition, il peut poursuivre ses recherches en ligne. Mary Tedesco explique que différents sites Web gratuits, dont FamilySearch.org, comptent un nombre croissant de documents numérisés liés à l’immigration.

Peu importe où vous mèneront vos recherches, Tedesco estime qu’elles comporteront fort probablement des surprises, parfois même marquantes. « Personnellement, je peux vous dire que la généalogie a changé ma vie. Je suis fière de ce que je fais et je partage toujours très volontiers ma passion avec les autres. Je ne tiens jamais mon travail pour acquis. »  

SHARE THIS ARTICLE
COMMENT ON THIS ARTICLE

 

See all Life & People Articles >>

 

JOIN OUR NEWSLETTER
Receive weekly giveaways and updates from
our blogs and premium online content.