Antoine Tavaglione: Pop art au goût du jour

2013/02/05 - Written by Nadia Martineau
Antoine Tavaglione
Antoine Tavaglione
SHARE THIS ARTICLE
En 1982, Antoine Tavaglione ne se doutait pas que le calepin et le crayon empruntés à sa nonna (grand-mère) allaient devenir ses deux principaux instruments de travail. Les heures passées à inventer des histoires, élaborer des personnages et ponctuer de couleurs sa feuille blanche auront été déterminantes pour le gamin de 3 ans.

Trente ans plus tard, Tavaglione, mieux connu sous le pseudonyme TAVA, s’accomplit à travers cet art qu’est le dessin. Et il y parvient merveilleusement bien, grâce à un habile mélange d’humour et de satire sociale.

Né de parents immigrants italiens originaires du petit village de Peschici, Antoine Tavaglione réside toujours à Ville-Émard, le quartier de son enfance. Bien qu’il ait grandi à Montréal, l’Italie demeure sa deuxième maison. Chaque année, il retourne de l’autre côté de l’Atlantique pour s’y ressourcer.

Il ne s’en cache pas, le Bel Paese est devenu sa principale muse. À preuve, sa plus récente collection: Cucina, est le fruit d’un long séjour et le résultat d’une consommation accrue de cafés et autres douceurs. « Si je n’étais pas Italien, mon oeuvre serait différente.

La culture italienne m’influence beaucoup et occupe une très grande place dans mon art. Il faut dire que le pays est avant-gardiste, tant au niveau de la mode que de la nourriture. Quand je reviens à Montréal, tout ce que je veux faire, c’est mettre sur papier mes idées ! », déclare-t-il.

Et le dessin a eu tôt fait de lui indiquer sa vocation. Après avoir fait des études en cinéma d’animation et avoir travaillé au sein d’agences de création, TAVA a pris la décision de se consacrer à temps plein à sa passion et d’en faire son métier.

En 2011, sa première exposition individuelle autour de sa série Che vu? a remporté un véritable succès à Montréal. Depuis, les occasions de se produire publiquement ne cessent de se multiplier pour le jeune artiste; ses oeuvres ont même été exposées à Toronto, New-York et Miami.

En 2010, pendant un voyage à Campobasso, il a découvert une sculpture de Mussolini, un buste du dictateur taillé dans le bois par un artisan local. Une oeuvre d’art évocatrice, aussi troublante qu’intrigante, qui l’a interpellé aussitôt.

De retour chez lui, influencé par les effets de la dictature, de l’architecture et de l’histoire européenne, il s’est mis à réaliser des esquisses à saveur sociopolitique, baignées par une esthétique particulière, caractérisée par des symboles et des personnages englués et dégoulinants; une signature désormais devenue sa réelle marque de commerce.

«Dans cette première série d’oeuvres que j’ai intitulée Che vu?, je souhaitais exprimer adroitement l’emprise de la politique sur le peuple. Pour y parvenir, j’ai utilisé l’image du lait, une source première, voire vitale, de nutrition. Mes dessins faisaient ainsi référence aux dictateurs qui soutirent cet aliment au peuple pour leur propre consommation et ne laissent rien en retour à la nation à part du lait rouge, du lait sanglant», explique TAVA.

Ses dessins, à l’instar d’un Banksy, évoquent, par moment, une certaine forme de critique de notre système politique. «Je n’exprime jamais pour autant un point de vue ou une prise de position personnelle à travers mes croquis; il n’y a pas de message clair et précis dans mes oeuvres. Je préfère laisser place à l’interprétation et à la réflexion», poursuit-il.

Bien que la dictature ne soit pas un sujet récurrent dans son art, cette métaphore initiale, qui le suit encore aujourd’hui, lui a permis de développer sa propre identité graphique. Au-delà de la satire, l’univers artistique de Tavaglione se distingue avant tout par son style aux allures de cartoons vintage fortement inspiré du Street art.

Ses personnages colorés empruntent des traits résolument exagérés, à l’image des dessins animés des années 30 et 40, et épousent des formes variées, tant humaine qu’animale. Fusionnant ainsi les styles, il aborde bien souvent dans son travail des sujets d’actualité qui font écho de façon moderne aux histoires traditionnelles de son enfance que lui racontait sa grand-mère.

Cette façon de travailler, à la fois nostalgique et actuelle, lui permet d’aborder avec légèreté des propos au contenu parfois sombre, mais également de rejoindre un vaste public, y compris les enfants.

TAVA est souvent invité à réaliser des murales et des installations dans le cadre de différents types d’événements promotionnels (Happenings, lancements, cocktails, etc.) qui cadrent bien avec sa philosophie de travail, à cheval entre image de marque et réflexion sociale.

Dans une volonté de rendre son art accessible à tous, cet artiste pop contemporain a aussi choisi de décliner son travail sous différents médiums: jouets, vêtements, accessoires et imprimés de toutes sortes. «Je suis un grand consommateur de culture populaire, tant italienne qu’américaine; tellement, que j’en mange pour déjeuner! Et c’est ce qui me permet de mieux comprendre le marché», avoue-t-il en riant. On retrouve ses créations dans divers espaces commerciaux, galeries et institutions de la métropole.

Pour tout connaître sur TAVA, ses projets et ses performances: www.antoinetavaglione.com

Pour le suivre:

Instagram: @AntoineTava

Facebook: TAVA art

EXTRA PICTURES

SHARE THIS ARTICLE
COMMENT ON THIS ARTICLE

 

See all Arts & Culture Articles >>

 

JOIN OUR NEWSLETTER
Receive weekly giveaways and updates from
our blogs and premium online content.