Gibraltar, les Génois et le yanito

2015/11/10 - Written by Marc Pomerleau
Gibraltar, les Génois et le yanito
Gibraltar, les Génois et le yanito
SHARE THIS ARTICLE
Seule colonie en Europe, Gibraltar est une presqu’île britannique à l’extrême sud de l’Espagne, face au détroit du même nom qui sépare l’Europe de l’Afrique. En raison de son emplacement de choix à l’entrée de la Méditerranée, Gibraltar a fait l’objet de convoitises de la part des Maures, des Espagnols et des Anglais, entre autres. Puis, après avoir souvent changé de mains au cours du dernier millénaire, ce sont finalement les Anglais qui ont pris le contrôle du « rocher » en 1704. Trois siècles plus tard, Gibraltar appartient toujours à la couronne britannique.

Il serait toutefois erroné de croire que la population gibraltarienne est essentiellement d’origine anglaise. Loin de là. Évidemment, les Anglais forment une grande partie de la population, tout comme les Espagnols pour des raisons géographiques évidentes. Il est toutefois impossible de parler de Gibraltar sans mentionner l’important apport des Génois à sa population. En fait, on estime qu’environ 20 % de ses 30 000 habitants actuels sont d’origine italienne, pour la plupart de Ligurie.

RELATED ARTICLE: LA CORSE ET L’ITALIE: DES LIENS ANCRÉS DANS L’HISTOIRE, LA LANGUE ET LA CULTURE

RELATED ARTICLE: ALGHERO, LA BARCELONETA SARDA: UN PAYS CATALAN EN SARDAIGNE

 

BIEN QUE LE YANITO SOIT UNE LANGUE HYBRIDE COMPOSÉE

ESSENTIELLEMENT D’ANGLAIS ET D’ESPAGNOL, LES AUTRES LANGUES

PARLÉES HISTORIQUEMENT À GIBRALTAR L’ONT ELLES AUSSI INFLUENCÉ.

 

Dans les faits, la présence des Génois à Gibraltar remonte au 16e siècle, alors qu’un premier contingent s’installe à La Caleta sur la côte est de la péninsule afin de se consacrer à la pêche, puis au commerce. Ils seront rejoints par d’autres paesani tout au long des 17e et 18e siècles, au point de représenter plus du tiers de la population totale de la colonie vers 1750. Il faut également ajouter à ces Ligures d’autres immigrants italiens, essentiellement de Toscane et de Sicile. Le poids de cette population était tel qu’au 18e siècle les documents officiels étaient publiés non seulement en anglais et en espagnol, mais aussi en italien.

Aujourd’hui, l’anglais est l’unique  langue officielle de Gibraltar, mais la population est très majoritairement bilingue, l’espagnol étant souvent la langue parlée à la maison ou entre amis, bien que la langue de Cervantès ait reculé des suites de la fermeture de la frontière imposée par Franco de 1969 à 1982. Il serait toutefois simpliste de parler d’une dualité anglais/espagnol en raison de la présence d’une troisième modalité appelée yanito, version locale du spanglish américain. Bien que le yanito soit une langue hybride composée essentiellement d’anglais et d’espagnol, les autres langues parlées historiquement à Gibraltar l’ont elles aussi influencé, notamment le ligure et l’italien, mais aussi l’hébreu, le judéo-espagnol, l’arabe, le maltais et le portugais.

Plusieurs théories existent quant à l’origine du terme yanito, mais la plus probable d’entre elles renvoie au nom italien Gianni auquel on aurait ajouté le diminutif espagnolito. D’abord utilisé pour nommer les habitants de Gibraltar au 19e siècle, dont une bonne partie était d’origine italienne, le terme en est venu à désigner la langue vernaculaire de l’endroit. Le nom Gibraltar, quant à lui, proviendrait de l’arabe Djebel al-Tarik (la montagne de Tarik) du nom du chef berbère ayant conquis le rocher en 711.

RELATED ARTICLE: CHIPILO: UNE MINI RÉPUBLIQUE VÉNITIENNE AU CŒUR DU MEXIQUE

RELATED ARTICLE: PARLEMO TALIAN - DISCOVERING A UNIQUE VENETIAN- BRAZILIAN LANGUAGE

 

L’UNE DES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DU YANITO RÉSIDE

DANS L’ALTERNANCE CODIQUE ENTRE L’ANGLAIS ET

L’ESPAGNOL DANS UN SYSTÈME COHÉRENT.

 

L’une des principales caractéristiques du yanito réside dans l’alternance codique entre l’anglais et l’espagnol dans un système cohérent, comme par exemple dans les phrases tengo mucho homework (j’ai beaucoup de devoirs) et hacerle changing el nappy al baby (changer la couche du bébé). À ce procédé s’ajoute une prononciation à saveur andalouse, et ce, même pour les mots typiquement anglais, comme dans beki (bacon) et Hapi Berfday (joyeux anniversaire). Parmi les perles du yanito, notons aussi chuinga (gomme à mâcher), grinláin (autobus) et quecaró (gruau), ce dernier terme étant un prodigieux dérivé du nom de marque Quaker Oats. Pour ce qui est de l’influence génoise sur la langue, notons les termes pompa (pompe) et pavana (goéland). Au chapitre de la prononciation, on croit que l’absence de certains /h/ aspirés pourrait également être attribuable aux Génois.

Jusqu’à récemment exclusivement utilisé à l'oral, certains locuteurs voudraient faire du yanito une langue codifiée afin de pouvoir l’écrire avec plus d’assurance. Le Llanito Standadaizeixon Grup vise justement à normaliser l’orthographe et la grammaire de la langue et à se doter de moyens de créer des néologismes et de récupérer des termes locaux disparus de l’usage.

Le yanito témoigne de l’histoire de Gibraltar : ses habitants ne sont pas tout à fait Anglais ni Britanniques. Ils sont autre chose, quelque chose d’hybride, de métissé. Il en est de même pour leur langue, dans laquelle résonnent  les langues des nombreuses communautés ayant contribué au développement de la communauté. Elle est le reflet de leur identité commune.

RELATED : THE RISE AND FALL OF ITALIESE IN TORONTO

RELATED : “L’ITALIANESE”: L’ITALIANO A MONTRÉAL

RELATED: A LOOK AT THE UNIQUE WAY ITALIAN-MONTREALERS SPEAK ENGLISH 

RELATED: SPEAKING ITALIAN IN THE GTA

SHARE THIS ARTICLE
COMMENT ON THIS ARTICLE

 

See all Arts & Culture Articles >>

 

JOIN OUR NEWSLETTER
Receive weekly giveaways and updates from
our blogs and premium online content.