Les jumelles de Rome: Santa Maria in Montesanto et Santa Maria dei Miracoli

Dossier on Twins

2017/09/05 - Written by Léa-Catherine Szacka
Les jumelles de Rome : Santa Maria in Montesanto et Santa Maria dei Miracoli
Les jumelles de Rome : Santa Maria in Montesanto et Santa Maria dei Miracoli
SHARE THIS ARTICLE
Les tours de Kuala Lumpur, feu les Twin towers ou encore les bâtiments construits par Ange-Jacques Gabriel sur la Place de la Concorde; les jumeaux font partie du paysage architectural d’ici et d’ailleurs. En Italie, les monuments identiques les plus célèbres sont, sans conteste, les églises de SantaMaria in Montesanto et de SantaMaria deiMiracoli, construites entre 1662 et 1681, sur la Piazza del Popolo, en plein coeur de Rome. Pourtant, ces deux bâtisses ne sont pas semblables en tout point. En effet, si elles forment un ensemble grandiose, chacune d’elles conserve son identité propre.

La composition architecturale créée par Santa Maria in Montesanto et Santa Maria dei Miracoli est particulièrement saisissante pour quiconque entre dans le coeur de Rome par la Piazza del Popolo. Les imposantes églises s’élèvent côte à côte sur l’extrémité sud de la place à l’entrée du trident formé par trois rues, tracées à la Renaissance, afin de mener les pèlerins vers Saint-Pierre de Rome, Santa Maria Maggiore et San Giovanni in Laterano.

Aujourd’hui, les abords des deux églises sont fréquentés, jours et nuits, par les touristes confortablement installés aux terrasses des chic cafés de la Piazza, qui sert aussi de lieu de transit pour se rendre aux artères commerciales voisines de la via del Corso, de la via del Babuino et de la via di Rippetta, parmi les plus importantes de la capitale italienne.

Espace hautement scénographique, la Piazza del Popolo fait partie des grandes places de la Ville Éternelle. Elle repose à l’extrémité nord du centre historique (la Rome ‘intra-muros’ autrefois incluse à l’intérieur du mur d’Aurélien) en contrebas du parc de la villa Borghèse.

Arrivant du Nord, on y accède par la Porta del Popolo (autrefois porta Flaminia), remaniée par Gian Lorenzo Bernini à l’occasion d’une visite de la reine Christine de Suède. À gauche de la porte, on retrouve l’église de Santa Maria del Popolo, achevée en 1477 et contenant deux magnifiques peintures du Caravage. Au centre de la place sied un immense obélisque égyptien déplacé du Circus Maximus au XVIe siècle par le Pape Sixte V.

Les deux églises baroques Santa Maria in Montesanto et Santa Maria dei Miracoli furent construites suivant les plans de l’architecte Carlo Rainaldi (1611-1691), une importante figure de l’architecture romaine du dix-septième siècle.

C’est en collaborant avec son père, Girolamo, “architecte papal” d’Innocenzo X, que Rainaldi débuta sa carrière. Ensemble, les deux hommes réalisèrent le Palazzo Nuovo, situé sur la Piazza del Campidoglio, ainsi que le Palazzo Pamphili de la Piazza Navona. Architecte de renom, Rainaldi était également musicien, ce qui explique peut-être l’extrême harmonie qui se dégage de ses monuments.

L’architecture des églises jumelles de la Piazza del Popolo s’inspire directement de celle du Panthéon. Les deux temples de la Piazza del Popolo semblent totalement identiques, toutefois, ils comportent chacun plusieurs différences, liées à la dimension différente des espaces initialement prévus pour leur construction. Cette contrainte força Rainaldi à dessiner une coupole ovale pour Santa Maria in Montesanto et une coupole circulaire pour Santa Maria dei Miracoli, produisant ainsi une parfaite illusion d’optique.

Les intérieurs des églises sont eux aussi totalement différents : le plan de Santa Maria dei Miracoli est circulaire, tandis que celui de Santa Maria in Montesano est de forme elliptique. Les campaniles furent rajoutés au 18e siècle et sont également différents l’un de l’autre.

La construction de Santa Maria in Montesanto démarra en 1662, sous l’initiative du Pape Alessandro VII. À la mort du pontife, en 1667, les travaux furent toutefois suspendus et ne reprirent qu’en 1673 pour se terminer en 1679 sous la direction de Gian Lorenzo Bernini (dis le Bernin 1598-1680) et de Carlo Fontana. Depuis 1953, l’église est communément appelée Chiesa degli artisti (église des artistes) puisqu’elle accueille chaque dimanche des représentants du monde de la culture et des arts.

La construction de Santa Maria dei Miracoli fut, pour sa part, entreprise entre 1675 et 1677 par Rainaldi, puis poursuivie par Fontana, de 1677 à 1681. Entre 1987 et 1997, elle fut restaurée par l’UNESCO pour un coût total de 3M$.

À l’entrée de l’église, on peut lire «À l’époque le peuple adressait ses prières et exprimait sa vénération devant une image peinte sur un mur de la ville, tout près d’ici, au port de Ripetta, sur les rives du Tibre.» En effet, la légende raconte que l’église commémore un miracle survenu le 20 juin 1325, alors qu’une mère en détresse invoqua la Madonne peinte sur le mur longeant le Tibre, afin que celle-ci sauve son fils, tombé dans les eaux du fleuve.

Important lieu de rassemblement et de manifestation pour les Romains, la Piazza del Popolo fut d’ailleurs, pendant plusieurs siècles, le lieu des exécutions publiques de la ville, la dernière ayant eu lieu en 1826.

Symbole indéniable du génie architectural italien, la splendide harmonie qui se dégage de l’ensemble composé par les deux églises jumelles Santa Maria in Montesanto et Santa Maria dei Miracoli, révèle toute la force qu’offre la symétrie en architecture, surtout pour des compositions urbaines aussi grandioses que celle de la Piazza del Popolo.

EXTRA PICTURES

SHARE THIS ARTICLE
COMMENT ON THIS ARTICLE

 

See all Arts & Culture Articles >>

 

JOIN OUR NEWSLETTER
Receive weekly giveaways and updates from
our blogs and premium online content.