Alghero, la Barceloneta Sarda: Un pays catalan en Sardaigne

2017/09/04 - Written by Marc Pomerleau
Alghero
Alghero
SHARE THIS ARTICLE
Découvrez la ville d'Alghero dernier bastion catalan en terre Italienne. Prononcée l'Alguer en français, découvrez les us et coutumes et les meilleurs itinéraires tourisitiques pour apprécier cette bourgade espagnole située en plein coeur de la Sardaigne.

Jamais je n’aurais pensé que l’étude du catalan m’amènerait à visiter la Sardaigne. Lorsque j’ai commencé à étudier cette langue à l’Université de Montréal, j’ai appris, à ma grande surprise, que le catalan était parlé dans une petite communauté du nord de cette île italienne, plus précisément à Alghero, ou l’Alguer en catalan.

J’ai toujours été intéressé par ces petites communautés linguistiques oubliées dans les grands pays, comme c’est le cas des Corses, des Basques et des peuples gaéliques. Intrigué donc par cette communauté catalane de Sardaigne, je me suis promis d’aller y faire un tour dès que possible.

Alghero est une petite ville d’environ 40 000 habitants située sur la côte ouest de la Sardaigne, dans la province de Sassari. En arrivant au centre-ville, on remarque immédiatement les fortifications qui entourent la vieille ville, et les nombreuses tours qui permettaient autrefois d’en assurer la garde. Bien que les premiers remparts aient été construits par les Génois au 11e siècle, ce sont les Catalans qui en ont fait une véritable forteresse, si impénétrable que la ville a pu maintenir son identité catalane pendant plus de 600 ans.

Une histoire liée à la langue

Avant de devenir une place forte catalane en Sardaigne, la région d’Alghero a été fréquentée par les Phéniciens et les Romains, qui jugeaient son emplacement fort stratégique. Ce sont ensuite les Génois qui s’y installent, avant d’être chassés en 1354 par la flotte catalane de Pierre le Cérémonieux, désireux d’assurer un plus grand contrôle sur la Méditerranée. La ville est dès lors repeuplée par des familles catalanophones de Barcelone, de Valence et des îles Baléares. Afin de s’assurer de la loyauté des habitants, la ville est réservée aux Catalans, et peu sont les Sardes et les étrangers qui y sont admis. Cette ségrégation volontaire explique en partie comment la langue catalane a pu survivre aussi longtemps. Elle est si omniprésente jusque dans les années 1960 que les Sardes et les autres Italiens qui s’installent à l’Alguer n’ont d’autre choix que d’apprendre le catalan local : c’est la langue de tous les jours, celle de la famille, de la rue et du commerce, et ce, malgré la pression exercée tour à tour par le sarde et l’italien.

Cependant, et malgré son statut d’antan, le catalan commence lentement à reculer au milieu du 20e siècle. Après avoir été banni de l’école sous Mussolini, le catalan régresse face à l’italien, langue de l’enseignement et de l’administration. Par ailleurs, le boom immobilier et touristique favorise l’arrivée de gens de toutes parts, principalement d’autres régions de Sardaigne et d’Italie, mais ce sont surtout les médias de masse en italien (radio, télévision, journaux, etc.) qui affaibliront la langue locale.

Cette situation aurait pu annoncer la mort du catalan alguérois, mais une récente prise de conscience de ce riche héritage culturel a permis sa sauvegarde. Des organismes de promotion du catalan ont vu le jour et des cours de catalan sont désormais offerts dans les écoles. De plus, des liens ont été tissés avec les gouvernements de la Catalogne et des Baléares et des vols directs assurent le lien Alghero-Gérone, sur la Costa Brava. Alors que le catalan n’était plus à la mode à Alghero il y a quelques années, les nouveaux liens commerciaux, culturels et touristiques entre la ville et les autres régions catalanophones ont fait du catalan une langue de culture, de tourisme et d’affaires. Même si elle n’est plus la langue maternelle de la majorité des Alguérois, environ 60% de la population continue à la parler. Et bien qu’on n’entende pas nécessairement les gens parler catalan dans la rue, partout dans la ville des symboles nous rappellent que l’Alguer est un país català : Le drapeau catalan flotte sur la mairie, la signalisation est souvent bilingue italien-catalan, des visites guidées sont offertes en catalan, on y trouve des publications en catalan et on remarque aussi la présence de nombreux touristes de Catalogne venus rencontrer leurs cousins alguérois de la Barceloneta, c’est-à-dire la petite Barcelone.

Visite de la ville

La visite de la ville s’amorce généralement par la Porta terra, à l’entrée des fortifications. On peut alors se lancer à la découverte de la ville carte à la main, ou bien se procurer un audioguide au pied de la tour de guet située devant la porte. Et tant qu’à y être, pourquoi ne pas y monter pour contempler une vue panoramique sur toute la ville? Pour ceux et celles qui préfèrent ne pas trop marcher, le trenino catalano vous propose une visite guidée motorisée de la ville. Quel que soit votre choix de visite, vous ne manquerez pas d’admirer les nombreux palais particuliers de l’Alguer, comme le Palau de Ferrera et le Palau de Carcassona, ainsi que ses places publiques, son théâtre et ses églises telles que San Michele dont la magnifique coupole ornée de majoliques colorées est considérée comme un des symboles de la ville. Si vous êtes un amateur de musées, n’oubliez pas d’aller faire un tour au Musée d’art sacré, juste à côté de la cathédrale Santa Maria en plein coeur du centre historique. On y conserve le trésor liturgique de la cathédrale et des autres églises historiques de la ville, notamment des pièces d’argent et de bronze et plusieurs peintures d’inspiration catalane.

Pour ma part, je trouve que la meilleure façon d’apprécier Alghero consiste tout simplement à se promener dans les rues et ruelles de la vieille ville, à longer les remparts du côté de la mer ou en courant les boutiques et les cafés pour discuter avec les locaux qui se feront un plaisir de vous parler de la culture et de l’histoire de leur ville, en italien ou en catalan. Les nombreuses terrasses, notamment sur la plaça Cívica et sur le bord de la Méditerranée, vous permettront de faire la pause tout en dégustant un espresso ou un cappuccino des plus italiens, ou pourquoi pas, en été, un gelato.

Parlant de nourriture, la gastronomie alguéroise n’a rien à envier aux autres villes méditerranéennes : le mélange des saveurs catalanes, sardes et italiennes lui confère une particularité qui plaira aux plus fins palais. La cuisine d’Alghero est avant tout une cuisine de la mer avec la langouste comme met de prédilection. Les plats sont souvent aromatisés au myrte, une plante très répandue sur l’île. Si vous n’avez pas l’occasion d’y goûter dans une recette, vous pouvez toujours vous procurer une bouteille de liqueur de baies de myrte qui dévoile des arômes fruités et parfumés à l’arrièregoût âpre caractéristique. Les autres boissons typiques sont les vins blancs DOC Alghero et les rouges Cannonau di Sardegna. Pour les curieux, ces deux types de vins sont disponibles à la SAQ.

Quant à ceux qui ont la dent sucrée, les pâtisseries sont omniprésentes à Alghero. Parmi les plus populaires, notons les gueffus, des petites boules à la pâte d’amandes, semblables aux amaretti, et les seadas, une pâte d’abord farcie au pecorino (fromage de brebis), puis frite et recouverte de miel. N’oubliez surtout pas de goûter à la crème catalane, un classique dont raffoleront les amateurs de crème brûlée.

Si vous restez plusieurs jours dans la région, vous pouvez vous rendre au nuraghe Palmavera, un site archéologique vieux de plus de deux mille ans, sans oublier les grottes de Neptune, accessibles en bateau depuis Alghero ou par un escalier de 656 marches depuis la côte. L’endroit est également renommé pour la plongée sous-marine.

Finalement, le riche patrimoine d’Alghero en fait une ville vibrante et colorée où se marient culture, histoire, gastronomie, terrasses, plages et plein air pour le plus grand plaisir des visiteurs. Bref, un endroit parfait pour une longue fin de semaine en amoureux ou comme escale lors d’un grand tour de la Sardaigne.  

Pour plus d’informations:

Site Web d’Alghero (en italien et en catalan) : www.ciutatdelalguer.it

L’Obra Cultural de l’Alguer (en catalan) : www.obracultural.cat

Franca Masu (compositrice et chanteuse - musique d’Alghero

en catalan, sarde et italien) : www.francamasu.com

 

Sources :

• Site Web de la ville d’Alghero

• Site Web de l’Obra Cultural de l’Alguer

• Enquesta d’usos lingüístics a l’Alguer 2004. Generalitat de Catalunya

• Mayans Balcells, Pere. Redescobrir l’Alguer.

Barcelone : La Busca edicions. 2002.

• Caria, Rafael (ed.). L’Alguer ciutat d’art i de cultura.

Ville d’Alghero. 1999.

EXTRA PICTURES

SHARE THIS ARTICLE
COMMENT ON THIS ARTICLE

 

See all Travel Articles >>

 

JOIN OUR NEWSLETTER
Receive weekly giveaways and updates from
our blogs and premium online content.